Aliments transformés ou ultra-transformés ?

Geneviève Nadeau mai 2017

De plus en plus d’enfants consomment des aliments ultra-transformés : croquettes de poulet, céréales à déjeuner, crème glacée et pizza du commerce. Comment pallier à ce phénomène ?

Une enquête qui saisit

En 2004, près de 50 % des calories ingérées quotidiennement étaient sous forme d’aliments ultra-transformés chez les enfants de 2 à 8. De plus, 75 % du sucre ajouté consommé par les Canadiens provient de ces aliments. Ces données émanant de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes expriment que la qualité nutritionnelle de l’alimentation des jeunes enfants semble encore sous-optimale. Trop de sucre, trop de sel, trop de calories, mais surtout, peu de fibres, peu de vitamines et peu de minéraux.

Aux aliments frais ou minimalement transformés !

D’après la classification NOVA, un principe permettant de décrire le degré de transformation des aliments, la grande majorité des produits que toute famille devrait privilégier se situe dans les catégories « aliments frais/minimalement transformés » (viandes et volaille, grains céréaliers et farines, lait et yogourt nature…) et « ingrédients culinaires » (sirop d’érable, huile, beurre). En intégrant ces aliments quotidiennement, on inculque à nos enfants des habitudes alimentaires saines, comptant le moins de sucre/sel/additifs possible.

Et les purées ?

Puisque les purées biologiques Mère Poule sont composées d’aliments frais, minimalement transformés et d’ingrédients culinaires, ces dernières font partie d’une alimentation équilibrée.

 

Pour en savoir plus à ce propos : http://www.nutrition.umontreal.ca/international/documents/RapportMSSS2016-10-19.pdf

 

Catégories : Alimentation

< Retourner aux conseils