Alimentation

1. Bonjour Geneviève, Est-ce que c’est dangereux si mon enfant consomme de la caféine ? Y a-t-il une quantité à ne pas dépasser ?

Geneviève Nadeau
Bonjour,

 

Un enfant devrait consommer le moins de caféine possible. À court terme, les tout-petits qui en consomment via les colas ou les boissons énergisantes peuvent ressentir des effets comme de l’anxiété,  de l’irritabilité, des maux de tête et de la difficulté à s’endormir.

 

Combien de caféine ?

Les enfants et les adolescents ne devraient pas dépasser les maximums quotidiens suivants :



























ÂgeApport quotidien maximal de caféineÉquivalent
4 à 6 ans45 mgEnviron une cannette de cola
7 à 9 ans62,5 mgEnviron une cannette et demie de cola
10 à 12 ans85 mgEnviron deux cannettes de cola
13 ans et plusVariable selon le poids de l’enfant.*Ne jamais dépasser 400 mg de caféine.

 

 

* Pour calculer la quantité de caféine à ne pas dépasser chez l’enfant de 13 ans et plus, faites le calcul suivant : Poids de l’enfant (en livres) x 1,1 = apport maximal recommandé en milligrammes.

 

À noter que les femmes qui prévoient être enceintes ou qui le sont, de même que les femmes qui allaitent, devraient consommer moins de 300 mg de caféine par jour, voire même l’éviter, autant que possible.

 

Où se cache-t-elle ?

On retrouve la caféine dans plusieurs aliments offerts aux enfants, comme les boissons gazeuses, le thé glacé et le chocolat. Sans compter les boissons énergisantes (ex. : Red Bull) qui ne devraient jamais être proposées aux petits comme aux grands !

 

Voici un aperçu de la teneur en caféine des aliments.


























































AlimentQuantitéMilligrammes de caféine (Valeurs approximatives)
Torréfié et moulu, percolateur250 ml (1 tasse)118
Torréfié et moulu, filtre250 ml (1 tasse)179
Torréfié et moulu, décaféiné250 ml (1 tasse)3
Thé vert250 ml (1 tasse)30
Cola régulier355 ml (1 cannette)36 - 50
Lait au chocolat250 ml (1 tasse)8
1 enveloppe de mélange pour chocolat chaud250 ml (1 tasse)5
Chocolat au lait28 g7
Gâteau au chocolat80 g36
Pouding au chocolat145 g9

 

2. Bonjour Geneviève, j’ai une fille de 16 mois et comme l’été s’en vient, je me demandais si elle était en âge de manger des aliments glacés tels que les sorbets, la crème glacée ou encore les « popsicles ». Merci!

Geneviève Nadeau
Bonjour,

Il n’y a pas de règles précises quant à l’âge idéal pour introduire les desserts glacés dans l’alimentation des enfants. Or, les desserts glacés industriels sont généralement très sucrés. Étant donné que les enfants préfèrent d’instinct les aliments sucrés, mieux vaut attendre après un an pour introduire les desserts, et privilégier ceux qui demeurent plus nourrissants, comme un yogourt nature mélangé avec une purée de fruit. Cela dit, dès l’âge de 12 mois, il est tout à fait acceptable d’offrir un gâteau d’anniversaire à votre enfant ou d’occasionnellement lui proposer des desserts, comme du sorbet ou de la crème glacée. En ce qui a trait aux « popsicles » du commerce, il est préférable de les faire maison.  Les sucettes glacées préparées avec des purées de fruits surgelées, du lait, du yogourt ou encore du tofu soyeux représentent des alternatives santés aux desserts glacés du commerce. Il n’y a donc aucune raison de priver votre fille des plaisirs de l’été.

Pour des idées de recettes, vous pouvez consulter : Sucettes glacées « picotées » à la poire et au melon, Sucettes glacées de la rentrée et Petites bouchées fruitées au yogourt glacé.

Vous pouvez également préparer de bonnes sucettes glacées à partir de la recette suivante : Boisson fraîcheur aux petits fruits.

 

3. Bonjour Geneviève, Comment identifier un produit équitable ? Quels sont ses avantages?

Geneviève Nadeau

Bonjour !


Il existe plusieurs logos qui confirment l’utilisation d’un commerce équitable : Fairtrade Canada, ÉcoCert, Fairtrade Certified, etc. en sont quelques exemples. Ce type de commerce favorise une qualité de vie des producteurs. Il vise à ce que ces derniers puissent jouir d’une équité face à leur production : meilleur salaire, soutien à la santé et à l’éducation, etc. Lorsque vous consommez des produits de commerce équitable, vous bénéficiez de produits de qualité dont les méthodes de travail respectent l’être humain et l’environnement. Il s’agit donc le plus souvent de produits gagnants ! Les aliments biologiques possèdent également des particularités similaires et améliorent définitivement la santé de notre environnement.


4. Bonjour Geneviève, Avez-vous des idées pour remplacer les sacs en plastique dans les boîtes à lunch ?

Geneviève Nadeau

Bonjour,


Le retrait de sacs jetables est souvent préconisé dans les milieux scolaires pour limiter les déchets. D’autres contenants peuvent être efficaces pour transporter les aliments de vos tout-petits : bols en plastique réutilisables, moules à muffins en silicone pour faire des séparations dans les plats, contenants à boire en plastique réutilisables, etc. Évitez simplement les plats de margarine ou les pots de yogourt déjà utilisés, car ces derniers ne sont pas constitués pour entreposer des aliments sur une longue période. Ils subissent mal diverses manipulations : cuisson au four à micro-ondes, réfrigération, congélation, lave-vaisselle, etc. Certaines particules de plastique en provenance de ces plats pourraient même migrer dans nos aliments lorsqu’ils sont réchauffés.


5. Salut Geneviève, Ma fille est du genre à grignoter toute la journée, et son dentiste a dit que ce n’était pas bon pour ses dents. Pourtant, ça l’aide à gérer sa faim. Avez-vous des conseils pour m’éclairer ? merci

Geneviève Nadeau
Bonjour !
En effet, manger plusieurs repas et collations permet d’avoir moins faim et de stabiliser le niveau d’énergie des petits et des grands. En revanche, chaque fois que l’on mange, on provoque une « attaque acide » dans la bouche, ce qui nuit à la santé dentaire. La meilleure stratégie consiste à boire régulièrement de l’eau après un ou une collation : cela permet de réduire l’acidité buccale. De plus, évitez de brosser les dents de votre princesse tout de suite après avoir mangé, car ses dents sont encore fragilisées par l’acidité produite par les bactéries de la bouche. Un morceau de fromage ferme (ex. : cheddar) après le repas pourrait aussi l’aider, car celui-ci renferme des minéraux essentiels à la santé des dents, mais provoque également de la salivation. La salive neutralise l’acidité dans la bouche.

6. Bonjour Geneviève, Mon enfant ne cesse d’avoir des caries lorsqu’on se rend chez le dentiste. Existe-t-il des aliments « anti-caries » ?

Geneviève Nadeau
Bonjour,

Les aliments pauvres en glucides fermentescibles demeurent généralement préférables pour la santé dentaire. Par exemple, du lait, des noix ou un morceau de fromage conviennent. Ces derniers renferment principalement des protéines et des matières grasses, des composés qui empêchent les bactéries de la plaque de se nourrir pour former des caries. De plus, les produits laitiers contiennent du calcium et du phosphore, deux minéraux qui permettent de conserver une bonne «santé dentaire ».
<ahref="
 

7. Bonjour Geneviève, est-ce vrai que les fèves germées contiennent de la salmonelle ?

Geneviève Nadeau

Bonjour !


Les fèves ainsi que les graines germées peuvent contenir de la salmonelle, une bactérie risquant de causer des intoxications alimentaires (nausées, diarrhées, vomissements…) Afin de limiter les problèmes occasionnés par cette bactérie, il convient de faire cuire les fèves germées, comme dans un sauté asiatique ou dans une soupe. De façon générale, la cuisson élimine les traces de bactéries nuisibles. Cette recommandation s’adresse surtout aux jeunes enfants (0 à 5 ans), puisque leur système immunitaire est encore immature. Le cantaloup, les aliments crus ou « non-pasteurisés », et les produits faits maison à base d’œufs crus comme la mayonnaise et la pâte à biscuits, ont également déjà été associés à des intoxications à la salmonelle. Portez-y une attention particulière.


8. Bonjour Geneviève, J’ai entendu dire que certains fromages n’étaient pas recommandés pour les jeunes enfants. Lesquels ?

Geneviève Nadeau

Bonjour,


En effet, quelques variétés de fromages peuvent être risquées pour la santé des tout-petits. Les fromages à base de lait cru, par exemple, contiennent des bactéries qui peuvent s’attaquer au petit corps des enfants. Rappelons que ces derniers possèdent un système immunitaire affaibli, puisqu’ils sont en plein développement. Ces fromages doivent aussi être évités par les femmes enceintes et les personnes malades, atteintes de cancer, par exemple. Les fromages à pâte molle, comme le brie et le camembert, gagnent à être introduits plus tard au courant de la vie, car ils peuvent également causer des intoxications alimentaires chez les tout-petits. Privilégiez donc les fromages à pâte ferme, comme le gouda, le cheddar et la mozzarella.



9. Bonjour Geneviève, J’aimerais savoir à quel âge puis-je commencer à introduire les fruits exotiques (ex. : mangue, ananas…)

Geneviève Nadeau
Bonjour !
Il n’existe pas de règles quant à l’ordre d’introduction des fruits. En effet, même les aliments à potentiel allergène ne méritent pas d’être proposés plus tard dans la vie de bébé, puisque cela ne permettrait pas à l’enfant de réduire ses risques d’allergies. Vous pouvez donc introduire la purée de mangue ou d’ananas dès l’âge de 6 mois. Surveillez les réactions de bébé dans les trois jours qui suivent l’introduction d’un nouvel aliment pour identifier les symptômes d’allergies, s’il y a lieu : plaques rouges, irritabilité, vomissements en jet, enflure des lèvres, retard de croissance, constipation tenace…

10. Bonjour Geneviève, Est-ce vrai que la consommation de lait de vache avant 9 mois peut causer le diabète ?

Geneviève Nadeau
Bonjour,

Le lait de vache est composé de grosses protéines difficiles à digérer pour le bébé avant 9 mois : c’est pourquoi on suggère de l’introduire entre 9 et 12 mois. De plus, le lait demeure riche en minéraux, ce qui risque de surcharger les reins du nourrisson. Certaines études de petite envergure laissent croire que l’introduction hâtive (avant 4 mois) d’aliments solides augmente le risque de diabète juvénile (de type 1). Toutefois, ces recherches sont encore préliminaires. Les causes du diabète de type 1 demeurent encore nébuleuses.  Quoi qu’il en soit, évitez d’introduire le lait de vache avant 9 mois pour toutes les raisons mentionnées précédemment. Pour en savoir plus au sujet de l’introduction précoce des aliments solides, consultez notre article à cet effet.« Des céréales à deux mois ? » pour en savoir davantage

 

11. Bonjour Geneviève, À quelle fréquence devrait-on nourrir son enfant lors de l’introduction des aliments solides ? Une ou deux fois par jour ?

Geneviève Nadeau
Bonjour !
D’abord, la fréquence à laquelle vous nourrissez votre dépend de son développement. Lorsque bébé s’assoit seul, ou avec un peu d’aide, il convient de le nourrir à une fréquence d’environ deux à 3 fois par jour, sans compter le lait maternel ou autre préparation lactée. Lorsque bébé rampe, proposez-lui de la nourriture solide entre 3 et 4 fois par jour. Puis, lorsqu’il marche, il peut consommer trois repas et deux collations, tout comme les adultes. Consultez notre article « Combien offrir à bébé ? » pour en savoir davantage


12. Bonjour Geneviève, Je sais qu’on doit commencer à introduire des aliments vers l’âge de 6 mois, mais quels sont les autres signes qui nous indiquent que bébé est prêt à manger ?

L’introduction des aliments solides doit effectivement se faire vers l’âge de 6 mois. Mais chaque bébé est différent. Or, certains enfants seront prêts quelques semaines avant, d’autres un peu après l’âge de 6 mois. Fiez-vous à ces signes pour savoir si bébé est prêt à consommer d’autres aliments.
- Votre enfant a faim plus vite qu’à l’habitude;
- Il peut s’asseoir seul;
- Son cou est bien solide et sa tête se maintient droite;
- Il conserve la nourriture dans sa bouche, sans la ressortir immédiatement avec sa langue;
- Vous observez qu’il a un intérêt grandissant envers les aliments que les autres mangent;
- Bébé ouvre la bouche quand vous approchez des aliments vers lui.

13. Bonjour Geneviève, Avez-vous des idées de recettes à cuisiner avec mes enfants ? J’aime bien faire des biscuits, mais j’aimerais leur montrer autre chose. Merci

Geneviève Nadeau
Bonjour !

Commencez d’abord par des recettes simples, contenant moins de 6 à 8 ingrédients. Avant de cuisiner, récitez les ingrédients et les étapes de préparation avec votre enfant pour qu’il puisse s’approprier la recette. Voici quelques idées simples pour initier vos marmitons en cuisine :

  • Une sauce à spaghetti : en bas âge, vous pouvez approcher votre enfant de la sauce qui mijote pour qu’il puisse la mélanger, l’assaisonner ou la sentir;

  • Des garnitures à sandwich : salade aux œufs, de thon, saumon, poulet, purée de pois chiches (hoummos), etc. Les enfants peuvent facilement broyer les ingrédients à l’aide d’un pilon et les mélanger;

  • Une pizza : votre mini-chef choisit les garnitures et les dispose pour faire un nez, des yeux, une bouche…

  • Des quiches : un mélange d’œufs et de garnitures au choix à faire cuire dans des moules à muffin, simple et amusant !


Pour en savoir plus, lisez notre article sur la cuisine en famille en cliquant ici Cuisinez et savourez… tout simplement !








 




14. Bonjour Geneviève,J’ai entendu dire qu’il pouvait être mauvais à long terme de cacher les légumes dans nos recettes pour en faire manger aux enfants. Qu’en pensez-vous ?

Geneviève Nadeau
Bonjour !

Le fait de hacher des légumes très finement ou de les réduire en purée pour les cacher dans des desserts permet tout de même aux enfants d’en consommer. Voilà un moyen rusé pour leur faire ingérer des fibres, des vitamines et des minéraux ! Toutefois, cette façon de faire ne familiarise pas votre tout-petit avec la texture et le goût réels des légumes. Vous pouvez ajouter des légumes subtilement à vos recettes, mais, tôt ou tard, il faudrait avouer à votre enfant ce qu’il mange. Pour qu’il apprivoise les légumes, essayez d’abord de les cuisiner avec lui, ou de lui proposer des nouvelles variétés lorsqu’il vous accompagnera à l’épicerie.

Consultez notre article Cuisinez et savourez… tout simplement !   sur la cuisine en famille pour en savoir plus à ce sujet.

15. Bonjour Geneviève, Je me suis toujours trouver grosse et ma plus grande crainte serait que ma fille, âgée d’un an, développe des problèmes de poids. Devrais-je calculer ses portions à partir d’un certain âge pour limiter ses calories ? Merci !

Geneviève Nadeau
Bonjour !

Il est tout à fait normal de vouloir le meilleur pour son enfant. En revanche, calculer ses portions et lui montrer que vous êtes préoccupée par son poids augmente le risque de troubles de comportements alimentaires. En effet, cela risque d’accroître sa préoccupation face à la nourriture et à son image corporelle. La meilleure chose que vous puissiez faire, c’est de l’encourager à écouter sa faim et valoriser son corps pour qu’elle puisse s’aimer tel qu’elle est. Proposez-lui des aliments nutritifs le plus souvent possible et encouragez-la à faire du sport ou des activités qu’elle apprécie. De plus, puisque vous êtes un modèle important à ses yeux, il serait important d’entreprendre une démarche pour que vous aussi, vous vous sentiez bien dans votre corps. La beauté et la santé ne dépendent pas d’un chiffre sur une balance, mais plutôt d’un ensemble de facteurs !

Pour en savoir plus au sujet du surpoids chez les enfants, consultez notre article Le surpoids chez nos enfants.

Bonne chance !

16. Bonjour Geneviève, Mon fils ne veut manger que du dessert et des friandises. J’ai peur qu’il prenne du poids et qu’on rit de lui lorsqu’il sera à l’école. Commet réagir ?

Geneviève Nadeau
Bonjour !

Les enfants préfèrent d’instinct les aliments sucrés. Il demeure compréhensible que votre fils apprécie particulièrement ces aliments. Cela dit, s’il refuse de manger son repas et qu’il réclame toujours une friandise, plusieurs stratégies peuvent être adoptées pour réduire son envie d’aliments sucrés. En voici quelques-unes :

  • Évitez de cacher les friandises pour ne pas qu’il en mange : cela risque d’augmenter son désir d’en manger. De l’interdit naît toujours l’intérêt !

  • Présentez-lui comme des aliments « normaux ». Une tablette de chocolat ne devrait pas être plus « spéciale » qu’un fruit. Il a le droit d’en manger, mais pas à tous les jours. De toute façon, mangerait-on du riz, du brocoli ou du poisson chaque jour ?

  • Oubliez les interdits (et les récompenses) : lui faire valoir un aliment comme un « interdit » ou un « cadeau » ne fait qu’augmenter son désir d’en manger. Si votre fils ne veut pas consommer son dîner ou son souper, mais qu’il désire un dessert, offrez-le-lui quand même. Demandez-lui cependant de patienter pour que tout le monde ait terminé de manger afin qu’il le savoure en même temps que tout le monde. Et le dessert peut être un aliment nutritif : yogourt, salade de fruits, muffin maison, etc.


Par ailleurs, je vous propose de lire notre article sur Le surpoids chez nos enfants.

17. J’ai entendu dire que le fer augmentait les risques de constipation chez le bébé. Est-ce vrai ?

Geneviève Nadeau
Bonjour !

À vrai dire, la constipation est souvent associée à la prise d’un supplément de fer. Comme les suppléments procurent des quantités importantes de fer lorsqu’il y a présence d’anémie (carence en fer), il demeure primordial de continuer à les offrir à bébé si tel est le cas. Il existe toutefois plusieurs stratégies pour réduire les inconforts digestifs dus à la supplémentation en fer.

  • Assurez-vous que votre enfant boive suffisamment de liquide (lait maternel, eau, lait de vache, selon l’âge). Cela améliorera la consistance de ses selles, et l’aidera à les évacuer.

  • Augmentez ses apports en fibres alimentaires (ex. : céréales à grains entiers, légumes, fruits) Les fibres augmentent le volume des selles et stimulent les mouvements de l’intestin.

  • Faites l’essai de produits à base de probiotiques, car certains d’entre eux pourraient avoir un effet sur la santé digestive. Toutefois, renseignez-vous auprès d’un professionnel de la santé pour savoir si ce produit convient à bébé.


Pour en savoir au sujet du fer, consultez cet article: L’anémie ferriprive (carence en fer) démystifiée…

 

18. Mon bébé souffre présentement d’anémie (carence en fer). Mon pédiatre lui a prescrit des suppléments de fer. Que puis-je faire également pour maximiser son apport en fer ?

Geneviève Nadeau
Bonjour !

Au-delà du supplément de fer, portez une attention particulière aux aliments qui risquent de nuire à l’absorption du fer. Par exemple, les oxalates et les phytates, deux composés que l’on retrouve dans certains aliments, peuvent nuire à l’absorption du fer dans notre organisme. Les aliments riches en oxalates sont : les épinards, la rhubarbe et le chou-fleur, notamment. Quant aux phytates, ce sont des composés qui font partie des fibres alimentaires. Si votre enfant consomme beaucoup de grains céréaliers entiers (ex. : céréales de son), soyez vigilante et usez de stratégies pour faire augmenter l’absorption du fer. En effet, pour contrer les effets de ces composés, offrez un aliment riche en vitamine C en même temps qu’un aliment riche en fer aux repas. La vitamine C augmente l’absorption du fer. Par exemple, une purée de légumes pour accompagner une purée de viande. Pour d’autres détails, consultez notre article à propos de l’anémie ferriprive en cliquant ici. L’anémie ferriprive (carence en fer) démystifiée…

19. Bonjour Geneviève, Je me demande si tu as des idées de collations à offrir aux enfants, plus spécifiquement pendant la période scolaire. Les miens vont à l’école primaire, et les noix et les arachides sont interdites, ce qui restreint un peu mes choix. Merci de ton coup de main

Geneviève Nadeau
Bonjour,
Les collations sont effectivement très importantes pour combler les besoins nutritionnels des enfants, car ceux-ci possèdent de petits estomacs, mais grands besoins ! Il faut donc les encourager à manger souvent en petites quantités. En premier lieu, choisissez des collations nutritives qui combleront la faim de vos tout-petits, tout en leur donnant de l’énergie. Pour ce faire, vous pouvez inclure des aliments riches en protéines (rassasiant) et en glucides (source d’énergie). Voici quelques exemples de collations nourrissantes qui combinent ces deux éléments nutritifs, tout en étant exemptes de noix et d’arachides :
Idées de collations (glucides + protéines)
- Dattes séchées + graines de soya grillées
- Muffin au son maison + lait dans un contenant en carton (lait de type UHT)
- Fruits frais ou surgelés + yogourt grec (à conserver au frais dans la boîte à lunch)
- Banane + pouding au soya à saveur de vanille
- Céréales à déjeuner + dessert aromatisé à base de tofu (se vend au dans la section des trempettes réfrigérées à l’épicerie)
- Craquelins à grains entiers + boisson de soya enrichie
- Canneberges séchées + granola maison à l’avoine
- Purée de fruits biologique + yogourt aux fruits

Je vous propose de consulter notre article en cliquant sur le lien suivant Retour en classe = retour des boîtes à lunch . Vous y trouverez également une foule de trucs et conseils pour les boîtes à lunch.
Bonne rentrée

20. Bonjour, J’aimerais offrir des purées de carottes à ma fille. J’ai entendu dire que les carottes contiennent des nitrates. Il me semble que ce composé est cancérigène. Pouvez-vous m’éclairer ? Merci !

Geneviève Nadeau
Bonjour,

Plusieurs légumes renferment naturellement des nitrates : carotte, betterave, navet, épinards… Les nitrates sont naturellement présents dans l’eau et le sol, c’est pourquoi certains légumes- racines en contiennent. Toutefois, les nitrates dans les légumes n’ont pas le même effet que les nitrates ou les nitrites ajoutés aux produits de viande transformée. La consommation de légumes est clairement bénéfique pour la santé. Autrement dit, les carottes n’augmentent pas le risque de cancer !

Cependant, le nitrate que contiennent ces légumes pourrait faire en sorte que l’oxygène n’exerce pas bien ces fonctions normales dans l’organisme. Les effets sont principalement rapportés chez les tout-petits, car ces derniers possèdent de plus petits corps. Le nitrate s’y accumule donc plus facilement. Voilà pourquoi on recommande de jeter l’eau de cuisson des carottes avant d’en faire des purées, car cette eau renferme des quantités élevées de nitrates.

Quant aux betteraves, aux navets et aux épinards, vous devez retarder leur introduction après l’âge de neuf mois, car ceux-ci sont beaucoup plus riches en nitrates que la carotte. Évitez également de les réduire en purée avec leur eau de cuisson.

Pour en savoir plus vous pouvez lire l’article : ``L’introduction des aliments solides : faisons le point``

21. Bonjour, On ne cesse de dire que c’est important d’intégrer les enfants dans la cuisine, mais j’ai peine à croire que les miens vont y arriver. Ils sont tellement agités ! J’ai peur qu’ils ne se coupent ou qu’ils se blessent avec les éléments de cuisson. Avez-vous des trucs simples pour commencer et qui ne risquent pas de les blesser ?

Geneviève Nadeau
Bonjour,

Je comprends votre inquiétude. Le mieux, c’est de commencer très tôt à initier nos enfants dans la cuisine! Mais mieux vaut tard que jamais… Si vos apprenti-cuisiniers ne sont pas familiers avec le plaisir de cuisiner, vous pouvez leur proposer des ustensiles adaptés selon leurs préférences : cuillère en plastique colorée, bols à mélanger avec des images de princesses ou de superhéros, etc.) Ensuite, vous pouvez faire place au jeu dans votre cuisine ! Par exemple, une recette aussi simple qu’un hamburger maison peut les amuser. Ils peuvent vous regarder faire cuire les galettes. S’ils restent bien sages durant cette étape, promettez-leur qu’ils pourront s’amuser avec les garnitures par la suite. Quelle réussite ce sera lorsqu’ils auront badigeonné leur petit pain chaud avec de la confiture d’oignons ou de la moutarde ! Un étage de fromage râpé, des tranches de concombre, de la laitue, du chou râpé… Même s’ils n’ont pas participé à la découpe des légumes, ils seront très fiers de leur chef d’œuvre culinaire.

Au début, proposez-leur de participer en commençant par des recettes qui nécessitent peu d’étapes de préparation, et qui sont déjà appréciées de vos enfants. Ils seront plus concentrés et plus motivés à réussir leur recette, surtout s’il s’agit d’un biscuit maison à l’avoine et aux raisins, ou d’un muffin aux bananes avec quelques pépites de chocolat ! Avec l’expérience, ils prendront plaisir à cuisiner de tout, peut-être même des poireaux avec de la vinaigrette et du poisson aux câpres et aux olives… Il faut être patient, et surtout, s’attendre à ce que la première fois en cuisine ne soit pas une parfaite réussite !

Pour en savoir plus vous pouvez lire l’article : ``célébrez la saine alimentation : planifiez et cuisinez vos repas, en famille !``

22. Bonjour Geneviève, Je me demande comment faire pour mieux planifier mes repas de la semaine. Je manque de temps pour faire des recettes élaborées, car j’ai deux enfants de 3 et 5 ans. Par où commencer ? Merci !

Geneviève Nadeau
Bonjour,

En effet, ce n’est pas évident de concilier le travail, la famille et la planification des repas ! Tout d’abord, retirez-vous cette pression en oubliant les recettes gastronomiques ou trop élaborées. Revenez aux plats de base, qui se concoctent en grande quantité : plat de pâtes gratinées, pizza maison, pain de viande aux lentilles, riz au poulet et aux légumes… Profitez de vos journées de congé ou de la fin de semaine pour les préparer en plus grande quantité, puis les congeler. Vous pourrez rapidement les réchauffer un soir de semaine.

Vous pouvez également planifier des repas sur-le-pouce en prévoyant des ingrédients de base dans votre garde-manger ou votre frigo (ex. : poivron + oignon vert + couscous + thon en conserve = salade de thon et de couscous, avec un peu de jus d’orange, de l’huile et du poivre pour assaisonner.) D’autres Pour en savoir plus vous pouvez lire l’article : ``célébrez la saine alimentation : planifiez et cuisinez vos repas, en famille !``

23. Bonjour, Ma fille de 9 mois refuse de manger des céréales pour bébé. J’ai beau essayer de lui en offrir de toutes les sortes et marques de commerce, rien n’y fait. Est-ce qu’il existe un substitut pour remplacer les céréales pour bébés ?

Geneviève Nadeau
Bonjour,
Je comprends bien votre situation, il arrive fréquemment que les céréales pour bébé soient moins appréciées des enfants. Malheureusement, ces céréales fournissent des éléments nutritifs spécifiques, tel que le fer, en quantité appréciable. D’autres aliments introduits dans l’alimentation de votre fille, comme les légumes, les fruits, etc., ne parviennent pas, à eux seuls, à fournir ces mêmes éléments clés en quantité suffisante. Pour que mademoiselle finisse par retrouver le plaisir de manger des céréales, je vous suggère de continuer à lui en offrir, en très petites quantités. Vous pouvez également les glisser dans un yogourt ou encore, dans une purée de fruits.
Pour en savoir plus vous pouvez lire l’article ``Pour tout savoir sur les céréales pour bébé``

24. Bonjour Geneviève, Mon enfant de 13 mois refuse de consommer de la viande et je m’inquiète par crainte qu’il ne manque de quelque chose, comme du fer ou des protéines. Quel autre aliment puis-je lui offrir pour m’assurer qu’il comble ses besoins ? Merci !

Geneviève Nadeau
Bonjour,
Je comprends bien votre inquiétude. La viande (bœuf, porc, veau, agneau) et la volaille (poulet, dinde), sont parmi les sources de protéines les plus fréquemment consommées. Ces aliments, riches en protéines, fournissent aussi une multitude d’éléments nutritifs qui possèdent plusieurs rôles dans l’organisme, et demeurent très importants pour le développement de votre enfant. Par exemple, la viande fournit du fer et de la vitamine B12, des éléments essentiels à la croissance de votre tout-petit. Mais gardez espoir, car d’autres aliments procurent également une multitude d’éléments nutritifs, tout comme la viande : légumineuses, poisson, tofu, œufs, noix et graines en font partie. D’ailleurs, dites-vous que les parents d’enfants végétariens doivent composer avec ces mêmes contraintes, tout en s’assurant de fournir à bébé tout ce dont il a besoin.
Pour en savoir plus vous pouvez lire l’article ``Des alternatives pour votre enfant qui n’aime pas la viande``